La fanciulla del West de Giacomo Puccini (3)

English: "Una partita a poker" - a c...
English: « Una partita a poker » – a crucial scene from the opera La fanciulla del West by Puccini Minnie – Emmy Destinn; Johnson – Enrico Caruso; Sheriff Jack Rance – Pasquale Amato (Photo credit: Wikipedia)

Grace à sa grande sensibilité pour capter la panoplie des émotions humaines, Puccini démontre qu’il sait mieux comment exprimer les passions avec des notes musicales en ajoutant beaucoup de couleur et de chaleur. Comme il comprend comment la musique peut contribuer avantageusement à une situation dramatique, il pouvait utiliser avec une grande efficacité les effets qui peuvent avoir des répercussions merveilleuses : les répétitions de «hello», et «all right» et «hip hooray» et «whisky per tutti». Puccini comprend ce qu’est le drame.

Narrer la fin d’acte d’opéra afin d’obtenir l’effet recherché pour chacun des trois actes de Fanciulla, montre que Puccini sait bien fignoler son oeuvre.

Acte I – Johnson console Minnie : «Tu es une créature dont l’âme est à la fois bonne et pure, ton visage est celui d’un ange». Au même moment, quinze ténors hors champ reproduisent tel un écho les pensées profondes de Minnie. Puis Minnie répète en elle-même, comme dans un rêve, «le visage d’un ange». Les mots utilisés par Minnie sont à la fois doux et débordant de tendresse. Une histoire d’amour se tisse lentement. L’orchestre au complet diminue et se tait.

Acte II – Minnie et Rance jouent au poker et misent sur la vie de Johnson alias le bandit Ramirez. Elle gagne la première main. Au troisième tour, Rance tient trois rois dans son jeu, mais au même moment Minnie le triche et exhibe trois as. Le shérif, momentanément battu, s’enfuie dans la nuit sombre pendant que Minnie éclate de rire dans un mélange de joie et de tristesse. Elle dit : «Il m’appartient! Il m’appartient!»

Acte III – Johnson et Minnie se quittent en entonnant des airs d’adieux tristes et monotones, «Addio mia California,» tandis que les mineurs fredonnent un air doux et triste pour exprimer le départ imminent de Minnie. «Tu ne reviendras jamais,» chantent-ils en choeur. «Plus jamais. Plus jamais». (Mai più. Mai più). Ce sont les mêmes mots si terribles entendus dans la glorieuse scène du Nil de l’opéra Aida de Verdi. L’orchestration de Puccini laisse entendre un jeu de cordes sublime, une touche céleste, accompagné d’un battement doux de tambour en sourdine.

La fanciulla del West de Giacomo Puccini (2)

English: La fanciulla del West (1910), opera b...
English: La fanciulla del West (1910), opera by Giacomo Puccini, scene from act 3 of the premiere, with Enrico Caruso, Emmy Destinn, and Pasquale Amato. Image taken from http://omnibus.uni-freiburg.de/~wh2/fanciulla.jpg – due to age it’s PD in the US (Photo credit: Wikipedia)

Puccini assista à la pièce de David Belasco intitulée The Girl of the Golden West au moment de sa visite à New York en 1907 lors de la première de Madama Butterfly. Il décida désormais de se consacrer à d’autres sujets d’opéra et d’abandonner ses autres projets, y compris celui sur la vie de Marie-Antoinette.

Puccini croyait que Girl of Golden West serait un sujet prometteur qui s’adapterait bien à sa musique. L’héroïne de la pièce de théâtre de l’époque, Blanche Bates, faisait fureur en Amérique. Dans une maison d’opéra, pensait-il, ce rôle pourrait servir à perfection les grandes soprani. De plus, il s’agit d’une histoire d’hommes solitaires qui luttent contre la terre. Un sujet nouveau pour Puccini.

L’écriture de Fanciulla fut pénible pour le compositeur. Il s’agissait d’une période de sa vie très amère. Des événements tragiques qui se déroulèrent au sein de sa famille ont interrompus à plusieurs reprises la quiétude nécessaire pour son inspiration.

Ses relations matrimoniales étaient troublées. Sa femme Elvira, très jalouse et suspicieuse à l’endroit de la belle et jeune Doria Manfredi, l’accusa de conduite immorale lors d’un entretien personnel. Elle se suicida peu de temps après et Puccini fut poursuivi par les Manfredi, une famille bien nantie. La famille Manfredi  retira la plainte et Puccini versa 12,000 lires. L’affaire Puccini ou l’affaire Doria fut l’un des moments les plus tristes de sa vie, en plus de ses différents avec son librettiste.

La première eu lieu au Metropolitan de New York avec Enrico Caruso en Jonhson, Emmy Destinn en Minnie et Pasquale Amato, le vilain Rance. Au pupitre, Arturo Toscanini. Il y eu cinquante-deux tombées de rideau. Ce fut la plus grande première et l’opéra ne connaîtra jamais une telle soirée d’ouverture par la suite. Ce fut la plus grande première de puis Manon Lescaut.

La fanciulla del West de Giacomo Puccini (1)

English: *Description: Page from Giacomo Pucci...
English: *Description: Page from Giacomo Puccini’s autograph score for La Fanciulla del West Artist: Giacomo Puccini (1858-1924) Provenance: Unknown Source: Circolo Filatelico G. Puccini http://www.filatelicopuccini.it/opere%20del%20maestro.html (Photo credit: Wikipedia)

L’aria de Dick Jonhson au moment où il a été capturé par le sheriff Rance et qu’il fait face à la corde : Ch’ella mi creda libero e lontano, sopra una nuova via di redenzione!  Voici a description de la romance :

¨Let her think I’am free and far away,

On my way to a fresh start in life!

She’ll wait for me to return.

And the days will crawl by, they’ll crawl by

And … well …I won’t come back …

Minnie, only flower of my life.

Minnie, you who have loved me so dearly!

Ah, you were the only flower in my life!¨

Texte en italien

Ch'ella mi creda libero e lontano,	
Sopra una nuova via di redenzione!	
Aspetterà ch'io torni			
E passeranno i giorni,			
Ed io non tornerò...			
Minnie, della mia vita mio solo fiore,	
Minnie, che m'hai voluto tanto bene!	
Ah! tu della mia vita mio solo fior!

Related articles